Les produits valorisés sortant

Véritable exemple d’économie circulaire, BioEnergie Pierroise permettra de produire à la fois une énergie renouvelable mais également un fertilisant agricole organique. L’unité présentera également la caractéristique d’être « à énergie positive », c’est-à-dire qu’elle produira plus d’énergie (8,7 fois plus ) qu’elle n’en consommera.

gaz-vert-biogaz-biomethane-energies-reno
photo-digestat-solide.jpg

Le Biométhane : une énergie renouvelable


La fermentation des déchets agricoles produira un mélange gazeux essentiellement constitué de gaz carbonique et de méthane (biométhane) dans une enceinte complètement hermétique. Après purification dans une unité dédiée, ce biométhane possèdera les mêmes caractéristiques que le méthane qui est distribué dans le réseau de gaz actuel
Il y sera donc injecté directement  dans le réseau de distribution, sous couvert d’analyses réalisées très régulièrement par GRDF.

On estime que la quantité de biométhane qui sera produite sur le site permettra d’alimenter l’équivalent de 800 foyers en gaz  par an (chauffage, eau chaude, cuisson).

Le digestat : retour au sol d’un fertilisant organique

A l’issue du processus de fermentation, le reliquat de matière introduite dans les fermenteurs sera transféré dans une fosse étanche et couverte avant d’être épandu sur les terres agricoles des exploitations, à l’aide de citerne étanches.
Cette matière est nommée le digestat, Il s’agit d’un riche fertilisant organique et naturel qui présente la caractéristique notable d’être quasiment désodorisé. Il permettra une diminution de l’utilisation d’engrais industriels de synthèse : 26 tonnes/an d’engrais azoté selon l’étude de faisabilité réalisée par le cabinet Solagro.

Le processus de méthanisation permet aussi de détruire 95% des graines d’adventices (mauvaises herbes).

Ainsi, le cycle mis en place limitera naturellement la propagation des mauvaises herbes et contribuera donc à diminuer l’utilisation des herbicides.

Afin de limiter le transport 50% du stockage su digestat est prévu dans des poches étanches réparti sur les terres des associés. 

La citerne à l'aller amènera du lisier et au retour remportera du digestat pour remplir les poches. Le but étant de limiter le trafic et ainsi l'empreinte carbone. 

photovoltaique-revenus-10.jpg

Le photovoltaïque en auto-consommation

Pour améliorer le bilan énergétique de l'installation, les associés ont prévu de produire de l'électricité verte à partir de panneaux photovoltaïques disposer sur les différents hangar du site qui sera auto-consommé.